Comprendre ce qu’est la profondeur de champ

Avez-vous déjà remarqué que sur vos photos, tout n’est pas net ? Je veux dire, avez-vous remarqué que certains objets ou décors au loin étaient flous ? Pourquoi n’avez-vous pas de photos totalement nettes absolument partout ? C’est ce que nous allons chercher à comprendre dans cet article. Vous allez voir, la profondeur de champ est intimement lié à votre ouverture de diaphragme et, donc, au mode Priorité Ouverture.

Qu’est ce que la profondeur de champ ?


Exemple d’une profondeur de champ réduite, l’objectif est net, le visage derrière ne l’est pas vraiment.

La profondeur de champ, ou zone de netteté, est une zone imaginaire ou tout objets présents seront nets à l’image. Cette zone varie en fonction de divers paramètres tels que l’ouverture du diaphragme et la distance entre l’appareil photo et le sujet. Certains photographes rajoutent un troisième paramètres qui est la distance focale, la taille en millimètre affichée sur votre objectif pour faire simple. Pour ma part je considère ce paramètre comme faisant partie de la distance entre le sujet et le boîtier.

En effet, le fait d’augmenter la taille de votre objectif revient à zoomer, mais cela revient également à se rapprocher physiquement du sujet. À cadrages et réglages identiques, vous aurez la même profondeur de champ en vous approchant avec vos pieds ou en zoomant simplement. Néanmoins le fait de zoomer permet de changer de perspectives, nous y reviendrons dans un autre article, ce qui nous intéresse aujourd’hui c’est la zone de netteté.

Cette zone est progressive, j’entends par la quelle n’agit pas comme un mur. Si votre zone de netteté commence à trois mètres, tout ne deviendra pas net à partir de cette distance. Plus les objets seront situés proches de cette zone, plus ils deviendront nets, inversement plus ils seront placés loin de la zone, moins ils seront nets. On dit que la zone de netteté commence là où nous jugeons qu’un sujet ou un objet présent sur la photo est, à notre goût, bien net.

Bon à savoir

Puisque la netteté n’est pas quelque chose d’absolu et dépend des critères de chacun, un objet situé à la limite de cette zone peut être net pour certains, tandis que d’autres le verront flou. Attention donc, lorsque vous souhaiter inclure un objet dans votre photo, à bien faire en sorte qu’il soit net si vous souhaitez qu’il soit visible ou, inversement, a bien le flouter si ce dernier n’est pas absolument nécessaires dans votre photo.

Comment travailler la zone de netteté ?


Comme expliqué plus haut, la profondeur de champ est défini par plusieurs facteurs, nous allons détailler chacun de ces éléments :

L’ouverture de votre diaphragme

Schéma montrant la différence entre une grande et une petite ouverture.

On l’a déjà vu rapidement dans ce cours, mais allons plus loin. Regardons ce dessin (Soyez indulgent, je suis passionné de photo, pas dessinateur ^^’) :

Comme vous pouvez l’observer… C’est incroyablement moche cela nécessite des explications ! Prenons donc le premier cas, “F/2.8”. Vous aurez compris qu’il s’agit de l’ouverture, schématisé par un grand trait bleu (Puisque plus le chiffre “F/” est petit, plus l’ouverture est grande). Le point vert est notre sujet principal, la où nous ferons donc la mise au point. Le point noir est un élément perturbateur, qui ne devrait pas apparaître net sur votre image. Le trait rouge est le capteur de votre appareil photo.
Nous voyons donc le point vert passer par les “extrêmes” de l’objectif pour ensuite se reformer sur le capteur (Oui, la lumière n’est pas simple, elle ne se contente pas d’un chemin, mais bien de milliers de chemins en même temps, l’image d’un sujet est net quand la lumière se regroupe en un point bien précis, comme dans le cas de notre point vert ici).
On voit cependant que ce n’est pas le cas pour notre point noir, dont les rayons de lumière viennent se regrouper bien après le capteur. La lumière n’étant pas regrouper en un point sur le capteur, le point noir apparaît flou. Voyons maintenant avec une ouverture plus petite, F/11.
Le point vert est encore net (Normal, la mise au point est toujours sur celui-ci). Notre point noir est toujours après le capteur… Cela n’à donc rien changer? Si si, un changement est bien visible. On peut observer que l’angle créé par la lumière est bien moins grand dans ce cas. Le point est flou, mais nettement moins que dans le cas du F/2.8. Pour certaines personnes, il sera même totalement net (Rappeler vous, la netteté est une affaire de goût, il n’y à pas de fourchette d’angle précis à respecter pour obtenir un sujet net).Je pourrais pousser l’exemple à l’extrême avec une ouverture de F/22 par exemple, mais l’angle serait tellement petit que l’on ne le verrait pas.

 

La distance entre l’appareil et le sujet

Plus vous serez loin de votre sujet, plus la zone de netteté sera grande, c’est à dire qu’une plus grande partie de votre photo sera net. Inversement, plus vous serez proche de votre sujet, plus la zone sera petite.

Schéma expliquant l’impact de la distance Sujet/Appareil sur la profondeur de champ.

Comme pour l’ouverture, ce paramètre joue avec l’angle des rayons lumineux. Les traits “Y” et “X” sont de même taille. On remarque assez facilement que deux triangles se forment. Chacun de ces triangles est formé par le trait épais d’une des couleurs (la base) et les rayons lumineux se rejoignant au point de même couleur (sommet du triangle). Appelons ces triangles “X” et “Y” tout simplement.
Le sommet du triangle “X” est situé à 4 mètres de sa base (trait épais), celui du triangle “Y” est situé à 1,5 mètres. L’angle au sommet du triangle “Y” étant plus important que celui du triangle “X”, alors la hauteur du triangle “Y” est plus petite que celle du triangle “X”. Ainsi, tout ce qui se situe à l’intérieur du triangle “Y” est net si on fait la mise au point dessus.
Les deux points noirs symbolisent un objet qu’on aimerait rendre nets, nous pouvons juste le déplacer, l’appareil photo et ses réglages restent fixes dans notre exemple.
Dans un premier temps, la mise au point est faite sur le sommet du triangle “X”. Ainsi, le point noir sera net si on le place à une certaine distance “a” du sommet du triangle “X” (comme sur le schéma, à l’intérieur du triangle “X”). Cependant, si dans un deuxième temps nous faisons la mise au point au niveau du sommet du triangle “Y”, et que nous plaçons le point noir à la même distance “a” du sommet du triangle “Y”, alors, à ce moment là, l’objet sera flou (point noir à l’extérieur du triangle “Y”).

 

La focale utilisée

Celui-ci je ne le détails pas, il fonctionne comme la distance sujet / appareil. J’ai choisi de le séparer de ce dernier car certains le considère comme étant un paramètre à part, c’est pas tout à fait vrai, mais pas tout à fait faux non plus. Pour ne pas nous embrouiller l’esprit, je ne détaillerais pas, néanmoins cela sera expliqué dans un autre article.

 

La taille du capteur

Il existe un autre paramètre qu’on oublie souvent ou qu’on ne considère pas comme réellement impactant, il s’agit de la taille du capteur. Il s’agit cette fois d’un petit calcul simple à réaliser. Sur un capteur “Full Frame” (Appelé “Plein format” ou “24×36” en raison de sa taille de 24mm sur 36mm) la focale des objectifs monté sur le boîtier est exactement celle affiché sur l’optique. Ainsi un 100mm sera bel et bien un 100mm sur un “24×36”. Il existe cependant d’autres tailles de capteurs. La plus rependu, sur les reflex est appelé “APS-C“, il s’agit d’un capteur plus petit que le “Plein format” et dont la taille varie selon la marque. Chez Canon, les capteurs APS-C font en général 16mm sur 24mm. Chez Sony et Nikon cependant, ils font 15mm sur 22,5.
Ainsi, lorsque vous montez un objectif sur un boîtier APS-C, il faudra multiplier la distance focale en fonction de votre marque, fois 1,5 pour Canon et fois 1,6 pour Sony et Nikon. Un objectif de 100mm deviendra alors un 150mm sur Canon et un 160mm sur Nikon. Nous en arrivons donc aux paramètres de focale utilisé, nous zoomons sur le sujet.

Comment connaître la distance de cette zone de netteté ?


Alors la, deux méthodes : soit vous avez un testeur de profondeur de champ sur votre appareil et vous pourrez voir directement dans le viseur la zone nette. Soit vous utilisez une application comme “Dof calc” (Elle était gratuite, à voir si c’est toujours le cas) qui vous donnera la distance de la zone en fonction des différents paramètres que vous viendrez lui donner.

Mais très honnêtement, je préfère expérimenter plutôt que d’utiliser une application. Simplement parce que connaître combien fait votre profondeur de champ n’est pas utile. Vous vous imaginez, pendant un mariage ou une séance photo, sortir un mètre pour mesurer la distance entre vous et votre sujet ? Pire encore, en imaginant que vous souhaiteriez une profondeur réduite, vous allez mesurer la taille du visage de votre modèle dans l’espoir de reporter toutes ces valeurs dans l’application ? Je considère que c’est une perte de temps monstre pour un résultat pas toujours au top.

Mon conseil : Testez ! Prenez une photo et regarder si votre sujet est net. Ne cherchez pas la perfection. Est-ce que le visage de votre modèle est net des oreilles au bout du nez ? Oui ? Alors c’est assez. Vous trouver votre photo pas assez détaillé, comme légèrement flouté ? C’est pas un problème de profondeur de champ mais d’un manque de “Piqué” (Capacité de l’objectif à retranscrire les détails fins) ou l’effet d’une vitesse d’obturation lente.

D’ailleurs, petit bonus


Pour éviter qu’une photo soit floue, faite en sorte que votre vitesse soit supérieur ou égale à la distance focale de votre objectif. Par exemple, un 50mm, votre vitesse peut être de 1/50s, 1/100s, 1/4000s, etc… Bref tout ce qui est plus rapide que 1/50s. Si votre appareil indique un chiffre en dessous de cela, augmenter les ISO ou si possible ouvrez plus votre diaphragme.